L'affaire PROTEX

Tout commence le 8 juin 1988 par un incendie à l'usine de produits chimique "Protex",le long de la Brenne dans deux ateliers de fabrication. Environs 500 tonnes de plus de 300 produits dangereux qui sont responsables de la mort de deux rivières de 25 km. A l'origine de la pollution une mauvaise conception des bacs de retentions (trop petits ou absents). Les secours en arrosant l'usine ont  entrainé les polluants dans la rivière.  Archives de la nouvelle république

Des barrages ont été mis en place autour de l'usine pour éviter la propagation des produits divers. En vain car  ceux-ci ont tout de même pollué les rivières.

Archives de la nouvelle république

Après cet terrible accident, l'eau courante est coupée le 10 juin et 
200 000 habitants de Tours sont privés d'eau. La décision d'interrompre le pompage dans la Loire permettait de limiter le risque d'introduire des polluants sur le réseau d'eau potable. La remise en eau se fit une semaine plus tard après le passage de la pollution. 

Archives de la nouvelle république

Les citernes qui avaient alimenté Tours lors de la coupure des canalisations lors  de l'écroulement du pont de pierre ont repris du service.

photothèque. Archives municipales de Tours Arsicaud

Archives de la nouvelle république montrant la distribution d'eau.

 

 

2 à 3 ans plus tard il faut repeupler les rivières car la catastrophe a tout brûlé sur son passage et il y a eu un énorme manque de poissons . Cette catastrophe nous a appris qu'il ne faut pas laisser de coté la nature pour l'argent .

Un procès permis de dégager les responsabilités de l'administration et des responsables de l'usine. Des condannations sévères furent prononcées : un an et six mois de prison avec sursis pour les dirigeants de l'entreprise, de lourdes amendes, des dommages et intérêts substantiels.